Focus

Journée des Droits des Femmes : le combat des martiniquaises

today8 février 2023 151 3 4

Arrière-plan
share close

A un mois de la journée internationale des droits des femmes, nous souhaitons revenir sur le combat qui est mené depuis des siècles pour parvenir à une égalité homme-femme. Remontons donc aux origines du féminisme en Martinique.

Qu’est-ce que le féminisme ?
Contrairement aux idées de certains, le féminisme ne consiste pas à chercher la supériorité des hommes par rapport aux femmes mais bien l’égalité entre les deux genres. Le mouvement déministe préconise donc d’étendre le champ des possibilités des femmes dans tous les domaines, afin qu’il puisse être aussi étendu que celui des hommes. Les principaux combats sont par exemple la légitimité des femmes à exercer certains métiers “réservés” aux hommes, l’égalité des salaires, etc.

Les origines du féminisme en Martinique
Sur notre île, la prise de conscience féministe remonte à la fin du 19e siècle, soit relativement tardivement. Celle-ci a eu lieu dans des sociétés de secours mutuel, permettant de pratiquer l’entraide entre les adhérents. Les sociétés de secours mutuel ont pour objectif de réduire les effets de problèmes (tels que le chômage, le décès, la maladie, etc.)

Qui est la première féministe de Martinique ?
En Martinique, Irma Cecette est considérée comme la première féministe. Elle est présidente d’une société de secours mutuel, et commence à répandre l’idée d’une égalité entre hommes et femmes auprès des habitantes de Saint-Pierre.
En effet, au 20e siècle, les idéologies sont claires : les hommes doivent aller au travail et effectuer des tâches compliquées et les femmes restent au foyer afin de s’occuper de la maison et des enfants. La part de femmes dans la population active était donc très faible.
Cependant, suite à l’apparition et la popularisation du féminisme, cette part augmente et cela nous permet d’arriver au taux actuel de femmes dans la population active.

Taux d’activité de femmes dans la population active par tranches d’âge



Le droit de vote
En 1919, en pleine campagne électorale, le député Joseph Lagrosillière se prononce en faveur du droit de vote des femmes. Il sera soutenu et approuvé par les “Dames de Tivoli, qui organisent une conférence à ce sujet en 1925.
Cependant, il faudra attendre la seconde guerre mondiale (1944) afin de voir les femmes dans les bureaux de vote.
Moins de 2 mois plus tard, Jeanne Léro crée la première organisation féministe de toute la Caraïbe, l’Union des Femmes de la Martinique, qui existe encore aujourd’hui. C’est une femme issue de la classe moyenne, née de parents commerçants. Elle fonda cette organisation en collaboration avec 4 autres femmes : Yvette Guitteaud-Mauvois, Rosette Eugène, Désirée Maurice Huygues-Beaufond et Eudora Montredon-Clovis.



Le féminisme aujourd’hui
De nos jours, de grandes avancées ont été faites, mais les femmes ne sont toujours pas considérées comme l’égal des hommes dans certains domaines : il y a encore des différences de salaire, certaines sont toujours jugées par ce qu’elles font, ce qu’elles aiment, leur profession.
Des associations féministes existent donc encore en Martinique afin de pallier ces manquements. Il y a par exemple l’association Culture Egalité, constituée de bénévoles engagée sur des sujets tabous à aborder.

Les membres de l’association Culture Egalité

Écrit par: Nawell Bellerophon

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.


0%