« RÉAGIS ! PENSE À TES OREILLES »

104 vues
A l’occasion de la Journée Nationale de l’Audition, l’Agence Régionale de Santé de Martinique lance une campagne afin de sensibiliser les jeunes aux risques auditifs.
L’objectif est de faire prendre conscience aux 12-18 ans des conséquences néfastes sur leurs oreilles d’une exposition excessive à des sonorités trop fortes.
Corps de texte

La campagne « Réagis ! Pense à tes oreilles », menée par l’ARS Martinique, a pour but de mettre les jeunes face à leur réalité afin qu’ils comprennent les conséquences de leurs habitudes d’écoute. Déclinée sur différents supports (affichage, réseaux sociaux…) et au travers d’actions terrain, notamment au Palais des congrès de Madiana et au sein de plusieurs établissement scolaires (lycée de Bellevue…), cette campagne rentre dans le quotidien des jeunes.

Quelle est la durée d’écoute de son avant que l’oreille soit endommagée ? Quels sont les premiers signes de mauvaise santé des oreilles ? Quels sont les troubles ? Sont-ils irréversibles ? Comment se protéger des risques auditifs ? L’ARS Martinique souhaite sensibiliser les jeunes à ces risques trop souvent oubliés et négligés, qui peuvent avoir de lourdes conséquences sur leur santé.

Aujourd’hui, les oreilles des jeunes sont quotidiennement confrontées à des sons excessifs. En voiture, avec des écouteurs, un casque, lors de soirées, de concerts, les sons sont partout et souvent inadaptés à la capacité de l’oreille

A PROPOS DES RISQUES AUDITIFS
Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, près de 50% des 12-35 ans, soit 1,1 milliard de jeunes, risque une déficience auditive due à une exposition prolongée et intensive à des sons trop forts. Les jeunes martiniquais ne sont pas épargnés. Ils peuvent être confrontés à des troubles plus ou moins sévères tels que l’acouphène et l’hyperacousie, ou encore la surdité.
L’oreille peut supporter des sons allant jusqu’à 85 décibels, alors que des écouteurs peuvent être réglés pour atteindre 100 décibels, par exemple.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article