Pourquoi la vie est si chère dans nos "péyis" ?


286 vues
La problématique de la vie chère en Outre-mer revient sur le devant de la scène, ce vendredi 17 janvier. La raison ? La diffusion d’une photo sur Facebook et Twitter, par le député de Guyane Gabriel Serville, d’un poulet à… 51,41 euros. Un poulet labellisé bio de la marque U dont le prix au kilo flirte avec les 26 euros.

L'autorité de la concrrence livre un diagnostic sur la situation

Les conclusions de l'étude font ainsi notamment apparaître que l'octroi de mer est un facteur de renchérissement des coûts des produits de grande consommation mais aussi de complexité. Aussi, parmi ses recommandations, l'Autorité invite les pouvoirs publics à simplifier, homogénéiser le dispositif pour l'ensemble des territoires, et à résoudre certains effets pervers ponctuels.

L'Autorité constate, par ailleurs, que des barrières nombreuses restreignent le développement de la vente en ligne alors que les consommateurs ultramarins aspirent à pouvoir bénéficier, comme en métropole, des atouts du commerce électronique (prix intéressants, accès à des produits non disponibles sur place). Elle estime que ces barrières doivent être levées afin de favoriser le développement de la vente en ligne en outre-mer, au bénéfice du consommateur.

L'outre-mer figure parmi les priorités retenues par l'Autorité en 2019, et est l'un des thèmes du partenariat renforcé avec la DGCCRF dans le cadre du nouveau protocole de coopération qui les lie.

LE RECOURS AUX GROSSISTES-IMPORTATEURS ET L'OCTROI DE MER REPRÉSENTENT UNE PART IMPORTANTE DU PRIX DES PRODUITS

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article