Marcé

94 vues
Prénom Bernard Pago
Pays FRANCE
Genre ti-bwa
Activité Auteure-compositrice-interprète

Marcé de son vrai nom Bernard Pago, a grandi au quartier Rivière l’Or à Saint-Joseph.

Son pseudo lui vient du diminutif du prénom de son père, Maurice.

A l'âge de 9 ans, Marcé retourne vivre chez sa mère, suite au décès de son père chez lequel il a vécu près de 6 ans.

Vers 8 ans, il croise un certain Georges Nilecam alias Eugène Mona. Tous les deux n’imaginaient pas qu’un jour ils seraient la fierté de la Martinique.

A l'adolescence vers l’âge de 14 ans, c’est sur des casseroles, des boites de conserves vides... qu’il s'initie à la musique comme tout enfant né dans la campagne profonde martiniquaise.

Imaginatif, Marcé a instauré dans le patrimoine musical le ti-bois sur pied pour mettre en valeur le « ti-boité ».

Cette invention a révolutionné l’utilisation du « ti bois » dans les orchestres.

Il fait ses premières scènes au quartier Rivière L'Or, à Saint-Joseph alors qu'il n'est encore qu'un adolescent. Il a collaboré entre autres avec Loulou Boislaville.

Marcé de son vrai nom Bernard Pago, a grandi au quartier Rivière l’Or à Saint-Joseph.

Son pseudo lui vient du diminutif du prénom de son père, Maurice.

A l'âge de 9 ans, Marcé retourne vivre chez sa mère, suite au décès de son père chez lequel il a vécu près de 6 ans.

Vers 8 ans, il croise un certain Georges Nilecam alias Eugène Mona. Tous les deux n’imaginaient pas qu’un jour ils seraient la fierté de la Martinique.

A l'adolescence vers l’âge de 14 ans, c’est sur des casseroles, des boites de conserves vides... qu’il s'initie à la musique comme tout enfant né dans la campagne profonde martiniquaise.

Imaginatif, Marcé a instauré dans le patrimoine musical le ti-bois sur pied pour mettre en valeur le « ti-boité ».

Cette invention a révolutionné l’utilisation du « ti bois » dans les orchestres.

Il fait ses premières scènes au quartier Rivière L'Or, à Saint-Joseph alors qu'il n'est encore qu'un adolescent. Il a collaboré entre autres avec Loulou Boislaville.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article